Modalités d’évaluation CAP Histoire-géographie 2019

vendredi 6 septembre 2019
par  Lefevre
popularité : 4%

DÉFINITION DE L’ÉPREUVE DE FRANÇAIS, HISTOIRE-GÉOGRAPHIE-ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE AU CAP - Septembre 2019


DÉFINITION DE L’ÉPREUVE DE FRANÇAIS, HISTOIRE-GÉOGRAPHIE-ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE AU CAP


Epreuve de Français, histoire-géographie-enseignement moral et civique : coefficient 3


1. Objectifs (compétences attendues pour l’évaluation)


[les compétences évaluées sont identifiées par enseignement : F pour français, H-G pour Histoire-Géographie, EMC pour l’enseignement moral et civique]
L’épreuve de français et d’histoire-géographie-enseignement moral et civique permet d’apprécier les compétences suivantes :
- communiquer : écouter, dialoguer et s’exprimer (F) ;
- reformuler, à l’écrit ou à l’oral, un message lu ou entendu (F) ;
- évaluer sa production orale ou écrite en vue de l’améliorer (F) ;
- lire, comprendre et présenter des textes documentaires ou fictionnels, des œuvres littéraires et artistiques (F) ;
- rendre compte, à l’oral ou à l’écrit, d’une expérience en lien avec le métier (F) ;
- maîtriser et utiliser des repères chronologiques et spatiaux : mémoriser et s’approprier les notions, se repérer, contextualiser (HG) ;
- s’approprier les démarches historiques et géographiques : exploiter les outils spécifiques aux disciplines, mener et construire une démarche historique ou géographique et la justifier, collaborer et échanger en histoire-géographie (HG) ;
- construire et exprimer une argumentation cohérente et étayée en s’appuyant sur les repères et les notions du programme (EMC) ;
- mettre à distance ses opinions personnelles pour construire son jugement (EMC) ;
- mobiliser ses connaissances pour penser et s’engager dans le monde en s’appropriant les principes et les valeurs de la République (HG-EMC).


2. Critères d’évaluation


Français
L’évaluation porte, pour l’évaluation des compétences écrites :
- sur la compréhension du texte ou du corpus de textes,
- sur la prise en compte des contraintes d’écriture fournies par le texte ou le corpus d’appui ainsi que par les consignes d’écriture,
- sur le retour critique sur son propre texte à l’aide des outils et documents fournis,
- sur l’amélioration de son écrit par la réécriture et la pris en compte des normes orthographiques, grammaticales et typographiques.
L’évaluation porte, pour l’évaluation des compétences orales :
- sur la maîtrise de l’expression orale,
- sur la durée et la clarté de l’exposé initial,
- sur la compréhension des questions et la pertinence des réponses,
- sur la qualité de l’évocation de la réalisation ou de l’expérience professionnelle choisie et de la réflexion sur le métier.
Histoire-géographie-enseignement moral et civique
En histoire-géographie-enseignement moral et civique, les critères d’évaluation sont les suivants :
- Le candidat mobilise des connaissances, périodise/localise convenablement et replace le document, les évènements, les acteurs dans leur contexte.
- Le candidat donne le sens global du document.
- Le candidat fait preuve d’esprit critique face au document.
- Le candidat utilise le vocabulaire de l’histoire, de la géographie et de l’enseignement moral et civique.
- Le candidat développe un discours oral construit, argumenté et personnel.
- Le candidat s’exprime de manière claire, correcte et raisonnée de la langue française.
- Le candidat écoute et participe activement à l’échange avec le jury (réactivité).


3. Modalités d’évaluation


a) Contrôle en cours de formation (CCF)
L’épreuve de français et d’histoire-géographie-enseignement moral et civique est constituée de trois situations d’évaluation :
- en français, une évaluation de l’écrit et une évaluation de l’oral ;
- en histoire-géographie-enseignement moral et civique, une évaluation à l’oral.
Les trois situations sont évaluées à part égale.
L’évaluation a lieu au cours de la dernière année de formation conduisant à la délivrance du diplôme. L’ordre d’organisation des situations d’évaluation est laissé à l’appréciation et à l’initiative des équipes pédagogiques.
Français
L’épreuve de français est constituée de deux situations d’évaluation, évaluées à part égale, l’une écrite, l’autre orale.
Situation d’évaluation des compétences écrites
Le candidat rédige une production écrite réalisée en trois étapes de 40 minutes. Cette situation d’évaluation s’inscrit dans le calendrier d’une séquence.
Dans la première étape, le candidat rédige, à partir d’un texte ou d’un court corpus, une production qui fait intervenir un changement de point de vue, qui donne une suite au texte ou en change la forme (mise en dialogue à partir d’un récit, mise en récit d’une image…).
La deuxième étape passe par une phase de relecture et d’évaluation du texte qui peut être collective. Puis, le candidat reprend individuellement sa production initiale à partir de nouvelles consignes ou d’une grille de correction ou d’outils déclencheurs de l’écriture (nouveau support textuel, image, didacticiel d’écriture…).
Dans la troisième étape, le candidat parachève sa production. Cette réécriture prend appui sur l’une ou plusieurs des quatre opérations suivantes : la suppression, l’augmentation, la transformation, le déplacement.
L’usage du numérique est particulièrement facilitateur pour entrer dans l’écrit, pour faire du premier jet un document martyr facilement manipulable et pour améliorer, en phase finale, la typographie et l’orthographe du texte stabilisé.
L’évaluation, sur 20 points, porte sur le processus et non pas seulement sur le texte achevé.
Situation d’évaluation des compétences orales
Cette situation d’évaluation prend appui sur les activités liées à la perspective d’étude « Dire, écrire, lire le métier » ou la formation en milieu professionnel. Elle renvoie à la compétence « rendre compte, à l’oral ou à l’écrit, d’une expérience en lien avec le métier ».
Le candidat présente un oral continu d’environ 3 minutes dans lequel il présente une réalisation, une expérience professionnelle ou une recherche en lien avec le métier. Il peut, pour ce faire, s’appuyer sur tout support visuel, à sa convenance, support sur lequel l’écrit ne dépasse pas le statut de titre ou de légende.
L’entretien, qui n’excèdera pas 7 minutes, permet de revenir sur l’exposé pour en faire préciser des points, en développer certains aspects ou pour amener le candidat à prolonger et approfondir sa réflexion. Lors de l’entretien, selon la thématique abordée par le candidat, la dimension morale et civique peut être questionnée.
L’ensemble est évalué sur 20 points.
Histoire-géographie-enseignement moral et civique
Supports d’évaluation : un document en histoire ou en géographie ou en EMC.
Déroulement épreuve
L’épreuve de CCF comporte une situation d’évaluation à l’oral qui se déroule dans la dernière année du cycle de formation. Cette situation d’évaluation combine l’évaluation des enseignements d’histoire-géographie et d’enseignement moral et civique.
Durée de l’évaluation : 15 minutes au maximum.
L’évaluation se présente en deux parties :
L’analyse d’un document d’histoire ou de géographie (12 points)
Le candidat choisit parmi deux ou trois documents qui ont été préparé individuellement ou en groupe un de ces documents. Il le présente à l’oral et justifie son choix au regard de la thématique d’histoire ou de géographie retenue. Il donne le sens global, dégage l’intérêt et les limites du document en mobilisant des repères, des notions clefs et des connaissances. Le candidat montre qu’il maîtrise et utilise des repères chronologiques et spatiaux. Le professeur évalue et vérifie les acquis (capacités, connaissances, repères) du candidat sur le document et l’amène à préciser son propos si nécessaire.
En Enseignement moral et civique (8 points), le candidat choisit parmi deux documents qui ont été préparés individuellement ou en groupe un de ces documents qu’il présente à l’oral. Le candidat construit et exprime une argumentation cohérente et étayée en s’appuyant sur les repères et les notions du programme : il explicite les valeurs de la République en jeu dans le document présenté et les liens avec les programmes d’histoire-géographie sont exploités chaque fois qu’il est possible de le faire. Le professeur évalue et vérifie les acquis (capacités, connaissances, repères) du candidat et l’amène à préciser son propos si nécessaire.
La situation d’évaluation est notée sur 20 points.


b) Epreuve ponctuelle : épreuve écrite de 2 heures et orale de 25 minutes (dont 5 minutes de préparation)
Français
Epreuve écrite de 2 heures
Le candidat répond par écrit, à partir d’un bref corpus, à des questions de lexique et de compréhension.
Il rédige ensuite, dans une situation de communication définie par un type de discours, un récit, un dialogue, une description, un portrait ou une opinion argumentée d’une longueur de vingt à trente lignes.
L’ensemble est évalué sur 20 points.
Epreuve orale de 10 minutes
Le candidat présente un oral continu d’environ 3 minutes dans lequel il présente une réalisation en lien avec le métier, ou une expérience professionnelle. Il peut, pour ce faire, s’appuyer sur tout support visuel, à sa convenance, support sur lequel l’écrit ne dépasse pas le statut de titre ou de légende.
L’entretien, qui n’excèdera pas 7 minutes, permet de revenir sur l’exposé pour en faire préciser des points, en développer certains aspects ou pour amener le candidat à prolonger et approfondir sa réflexion. Lors de l’entretien, selon la thématique abordée par le candidat, la dimension morale et civique en lien direct avec le métier et son exercice peut être questionnée.
L’ensemble est évalué sur 20 points.


Histoire-géographie-enseignement moral et civique
Epreuve orale de 15 minutes (dont 5 minutes de préparation)
Le candidat présente une liste de huit documents qu’il a choisis, soit un document correspondant à chacun des thèmes des programmes d’histoire, de géographie et d’enseignement moral et civique. Il tire au sort le thème sur lequel il va être interrogé. Il prépare sa présentation pendant 5 minutes.
En histoire et en géographie, le candidat donne le sens global, dégage l’intérêt et les limites du document en mobilisant des repères, des notions clefs et des connaissances. Il montre qu’il maîtrise et utilise des repères chronologiques et spatiaux.
En enseignement moral et civique, le candidat construit et exprime une argumentation cohérente et étayée en s’appuyant sur les repères et les notions du programme : il explicite les valeurs de la République en jeu dans le document présenté. Les liens avec les programmes d’histoire-géographie sont exploités chaque fois qu’il est possible de le faire.
Le professeur évalue et vérifie les acquis (capacités, connaissances, repères) du candidat sur le document et l’amène à préciser son propos si nécessaire. L’examinateur pose des questions au candidat pour obtenir des précisions et vérifier les acquis du candidat sur le thème étudié pendant une durée maximale de 10 minutes.
En l’absence de liste ou de documents ou en présence d’une liste non conforme, l’examinateur propose un/des documents de secours et le candidat peut néanmoins présenter l’épreuve.
L’épreuve est notée sur 20 points.

Word - 72.3 ko

Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse

Navigation

Articles de la rubrique

  • Modalités d’évaluation CAP Histoire-géographie 2019

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 6 septembre 2019

Publication

228 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
26 Sites Web
99 Auteurs

Visites

102 aujourd'hui
272 hier
339640 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés